Peinture abstraite - Martine BELFODIL

Passion, mouvement, élégance et entrelacements caractérisent sa peinture. Générosité aussi, car Martine BELFODIL, Artiste professionnelle depuis 10 ans souhaite avant tout "partager ce bonheur de créer". Des peintures abstraites, pour une artiste libre. (Tous mes remerciements à la Galerie All for Art, pour ce commentaire)







Ma peinture sur toile, peinture abstraite, peinture sur toile, tableaux contemporains,

Ma photo

Martine Belfodil, Artiste peintre contemporain. 

Dès mon plus jeune âge, J'ai témoigne de l’intérêt pour la peinture abstraite. Ces huit dernières années peindre m' est devenu indispensable, une véritable passion, un besoin.

J'aime laisser libre cours à mon imagination en dégageant une énergie à transmettre mes émotions. Passionnée, je suis fascinée par ce média aux multiples possibilités. 

Je puise toutes mes richesses dans l’abstrait. Ma recherche, toujours permanente de couleurs nuancées à l’extrême, apporte à mes toiles une transparence subtile et capte la lumière. Ma technique, le couteau et le pinceau. Je ne travaille qu’à l’acrylique non dilué à l’eau en superposant les couleurs afin de donner dynamisme à mes tableaux contemporains. Le couteau sera utilisé pour donner et créer de l’épaisseur au motif ou bien en accentuer les contours en donnant du relief. Toutes mes collections de peintures abstraites sont faites à main levée, je ne fais jamais d'esquisses au préalable sur ma toile. Lorsque je peins j'aime à tout me permettre, sans retenu, une totale liberté dans ses émotions et sa gestuelle.

Exposer ses œuvres est important pour moi. Le plaisir de pouvoir partager ma passion, avoir un échange avec d’autres personnes sur l’appréciation de mes tableaux est important. Au cours de mes expositions de tableaux, personnelles ou collectives j' ai aimé partager ces échanges très constructifs sur mes peintures sur toile.

Venez découvrir mon site professionnel, un large choix de tableaux contemporains disponibles à vente vous y attend. Bonne visite.

L'Ecole de Barbizon



 L’Ecole de Barbizon (ou l’Ecole de 1830).
Prodome du Mouvement Impressionniste qui allait suivre, la peinture des artistes de Barbizon effaça la tradition du paysage historique réalisé auparavant en atelier. Devant la venue de la mécanisation, et comme pour oublier l’essor des grandes villes dont la nouvelle dimension inhumaine nuisait à leur sérénité de créateurs, les peintres s’évadèrent de la civilisation qui les cernait, pour mieux puiser à la source de la vie, à savoir la nature.
Se référant au paysage hollandais du 17ème siècle, les peintres de Barbizon se laissèrent également inspirer par la vigueur de la peinture paysagiste anglaise de Constable ou Bonington, pour créer des compositions dont la sensibilité esthétique exprimait une emprunte romantique induite par la charge émotionnelle figurant dans le tableau.
Précurseurs des Impressionnistes, les peintres de Barbizon, Jean-François Millet (1814-1875), Théodore Rousseau (1812-1867), Charles Daubigny (1817-1878), Constant Troyon (1810-1865), Narcisse Virgile Diaz de la Pena (1807-1876), auxquels se joignirent parfois Gustave Courbet (1819-1877), et Camille Corot (1796-1875), exécutaient leurs esquisses en plein air, pour « voler des morceaux de nature », avant de réaliser l’accomplissement des tableaux dans leur atelier, en perpétuant la technique rigoureuse des couches picturales superposées avec patiente et application.
Les variations de la lumière, du climat, ou de la topographie de l’environnement inspirèrent alors ces artistes qui souhaitaient se démarquer de la peinture académique enseignée aux Beaux-Arts, et réalisée exclusivement en intérieur. Par une touche libre parfois, ils surent traduire une émotion, tandis que certains de leurs empâtements colorés restituaient la lumière perçue par leur regard curieux à l’égard de cette nature dans laquelle ils découvraient que la beauté de l’univers pouvait s’avérer variable, étonnante, ou vagabonde, comme peut l’être parfois la pensée de l’homme.
A la beauté idéalisée des paysages classiques que l’Académie prônait depuis toujours, les peintres de Barbizon répondirent par la beauté accidentelle et imprévisible dépendant des fluctuations du temps, ou par la beauté singulière des souffrances du travailleur de la terre.
A Paris, les musées du Louvre et d’Orsay offrent aujourd’hui au grand public un florilège d’œuvres significatives de tous ces artistes. Près de Fontainebleau le village de Barbizon propose, dans la conservation du souvenir de ces peintres, une agréable découverte des lieux de production de cette peinture.

Aucun commentaire: